Slackline : on a testé pour vous

Slackline : on a testé pour vous

on-a-testc3a9-pour-vous-la-slackline-3

Depuis quelques années, les funambules sortent des cirques pour une pratique dans le même esprit plus proche de la nature et accessible : La Slackline. Même si cette pratique sportive a vu le jour dans les années 80, ce n’est que depuis quelques années qu’on la voit se populariser dans nos villes et nos campagnes. Le principe ? Une sangle élastique tendue entre deux ancrages (poteaux, arbres, où tout se que vous trouvez) sur laquelle on évolue en équilibre et sans balancier (quoi que vous faites bien comme vous voulez).

pub-haut

Depuis quelques mois, nos conseillés du Destock-Cycle.fr se sont transformés en Slackeurs passionnés et ont fait de la Slack un de leur entrainement favoris pendant la pose repas (mais pas que). Tout à fait entre nous, ce sont loin d’être encore des grands athlètes de Slackline (ne leurs dites pas que je vous ai dis ça), mais voici leurs impressions sur ce sport qui mérite d’être un peu plus connu :

slack-olivier
Romain, responsable logistique :
 » Outre le fait que ce sport soit assez physique, c’est un peu le Yoga des sports extrêmes, il vide la tête ! C’est un réel plaisir de pouvoir poser la Slack au milieu d’un parc et de jouer avec les éléments pour la pratique de ce sport. Parce-que tout rentre en compte, L’endroit où tu vas pouvoir t’installer, le vent … il faut composer avec tout ça ce qui en fait un sport en total cohésion avec la nature ».

Thibaut, conseillé rayon Water :
« Depuis qu’on m’a offert ma Slackline, je ne me déplace plus sans,  au cas où … Si on cherche bien il y a toujours un spot pour pouvoir l’installer, et c’est en plus un réel plaisir de découvrir grâce à sa la région de Montpellier.  Que ce soit en plein milieu sauvage pour une pratique seul face à soit même, ou en pleine ville ce qui intrigue bien souvent les gens et en fait une pratique collective et super conviviale. C’est ça toute la magie de la Slack, ce n’est pas le sport totalement égoïste que tu ne vas pouvoir faire qu’en solo, c’est juste au choix. »

Hugo, conseillé rayon Urbain : 
« La Slackline pour moi, c’est la technique. On commence par essayer de seulement rester en équilibre, et puis on avance, et puis on tente des sauts, et puis tout devient possible, ou presque … Pas besoin de conditions physiques extrêmes. En revanche, le fait d’évoluer tout le temps en équilibre permet de faire travailler tous les muscles du corps sans s’en rendre compte. Avec ce sport, on peut vraiment passer d’un sport facile et accessible en positionnant sa Slackline à 20cm du sol, à un véritable sport extrême en la positionnant des deux côtés d’une rivière, on peu vraiment faire des choses impressionnantes et se dépasser ».

Dans le 34, ils se sont amusés à pratiquer sur pas mal de spots et vous en dévoilent quelques-uns ici : Le parc de Palavas-les-Flots, Port Ariane à Lattes, le Jardin du Peyrou à Montpellier, sur les bords de l’Hérault … mais pas vraiment de limite avec la Slackline, si ce n’est votre imagination !

pub-haut

Découvrez toute la gamme de Slack proposé par le Destock-Cycle.fr => ICI